Les Disques Démaquillants Lavables : bonne idée ?

LavablesUne

Il y a plusieurs mois de cela, je me promenais dans les rayons de mon magasin bio quand je suis tombée sur des disques à démaquiller lavables. Ca faisait un moment que l’idée me trottait dans la tête et ce jour-là j’ai sauté le pas. J’ai acheté un paquet de 4 disques en coton bio de la marque Anaé pour environ 5€. Je n’ai pas trouvé ça bon marché mais je me suis dit qu’il ne fallait pas mourir idiot. C’est donc ce 20 septembre 2014 qu’a commencé mon histoire avec les disques démaquillants lavables. Peut-être que toi aussi tu y penses ? Que toi aussi tu hésites ? Que toi aussi tu te demandes quels sont les points négatifs ? Et les positifs ? Est-ce que c’est pratique ? Economique ? Réellement écologique ? Après quatre mois de test je peux désormais te donner les réponses à ces questions que je me suis tant posées.

DisquesLavables3

Après un premier lavage en machine (avec le linge sale, hop !) et une fois secs, j’ai très rapidement fait un premier essai avec les disques de la marque Anaé. J’ai décidé d’utiliser ces disques lavables pour le démaquillage des yeux et pour l’application de mon tonique. Comme tu le sais peut-être déjà je démaquille mon teint à l’huile donc pas besoin de coton pour cette partie là. Premier essai et premier hic : les disques Anaé sont très épais et mon démaquillant biphasé pour les yeux a tendance à « glisser » sur la surface du disque plutôt qu’y être absorbé. Avec ces disques c’est un coup à prendre et quelques secondes de patience à avoir. Une fois le produit imprégné dans le coton, je me lance : je frotte doucement mes paupières et mes cils avec et je constate rapidement que ce n’est pas très agréable, que c’est un peu trop agressif pour ma peau sensible (surtout celle des yeux qui est si fragile). Pour l’application d’une lotion sur l’ensemble du visage, en revanche, pas de problème : le coton est assez doux pour ma peau et la lotion s’applique parfaitement. Une fois le démaquillage terminé je mets mes deux disques sales dans un filet de lavage que j’accroche dans ma salle de bain (lui-même glissé dans une jolie pochette Ma Boîte à Beauté pour ne pas faire trop tâche ;)). Je me rends vite compte qu’au rythme de 3 cotons par jour (un le matin pour le tonique et deux le soir), si cette nouvelle pratique me plait, il va falloir que j’investisse dans davantage de disques démaquillants lavables.

DisquesLavables4

Je me suis laissé quelques jours de réflexion, j’ai posé tout un tas de questions sur les réseaux sociaux à celles qui avaient déjà tenté l’expérience (merci pour vos réponses et votre patience), je me suis aussi renseignée sur internet sur les différentes matières, les différentes qualités, les différents sites de vente. Je me suis vite décidé à tenter l’expérience sur le plus long terme. J’ai tenté de choisir le meilleur rapport qualité/prix et la matière la plus adaptée à ma peau sensible. Et j’ai sauté le pas (pour la seconde fois).

Après un rapide calcul j’ai décidé d’acheter 3 lots de 10 disques à démaquiller lavables en bambou. J’ai commandé sur la Boutique de Gemelline où les 10 disques en bambou + 1 filet de lavage sont vendus 5€. J’ai rapidement déchanté quand j’ai vu que ma commande ne bougeait pas, qu’elle n’était jamais traitée. Il a fallu 15 jours pour que je reçoive ma commande, malgré des frais de port que je juge très élevés (6,65€ pour quelques grammes envoyé dans une enveloppe !!!!!!) et plusieurs mails envoyés à la boutique. Les réponses que j’ai reçues ont été agressives et non professionnelles. J’ai aussi téléphoné plusieurs fois à la boutique : cela sonnait mais sans jamais décrocher et malgré plusieurs messages sur le répondeur je n’ai jamais été rappelée. Je ne vais pas m’étaler sur le sujet car il m’a déjà valu des heures et des heures d’énervement. Pour faire simple je pense que la boutique ne disposait pas en réalité ces produits et qu’elle se permettait tout de même de les vendre en ligne, d’où la lenteur d’envoi. BREF, j’ai fini par recevoir mes 30 disques et 3 filets, sans même un geste commercial de la boutique. Je ne vous conseille donc aucunement de commander sur cette boutique, sauf si vous avez du temps et beaucoup de patience. Cependant, les disques démaquillants lavables que j’ai reçus m’ont totalement convaincue. Depuis quatre mois je les utilise au quotidien et je n’ai jamais plus utilisé de cotons jetables pour me démaquiller. Ils sont doux, parfaitement adaptés aux peaux sensibles, démaquillent très bien, se lavent facilement, sans perdre de leur qualité ni de leur blancheur.

DisquesLavables6

Est-ce pratique/agréable ?

Niveau praticité rien à redire : c’est une habitude de vie qui se prend, selon moi, très rapidement. Le jour où j’ai reçu mes 30 disques lavables, j’ai rangé mes cotons jetables (que je conserve quand même pour retirer mon vernis, occasionnellement) et je ne les ai jamais ressortis depuis. Je range mes disques lavables dans un petit panier que je possédais déjà : il est pile poil de la bonne taille et l’intérieur est en tissus (appréciable pour ne pas que les disques s’abîment). Il me permet de garder les disques à porter de main, à l’abri de la poussière (sauf celui du dessus…) et de les attraper facilement, sans prise de tête.

DisquesLavables8

Une fois les disques utilisés il suffit de les glisser dans le filet de lavage. Quand celui-ci est plein ou quand je lance une machine, je ferme le filet et le glisse avec mon linge à 30 ou 40°C. Les disques en bambou que je possède et qui sont pourtant doux et fins ne s’abîment absolument pas au lavage. Ils peuvent être passés en machine jusqu’à 60°C mais aussi au sèche-linge à température douce. Ne possédant pas de sèche-linge (pour des raisons écologiques) je les fais sécher sur mon étendoir, sans les plier, en les mettant en équilibre entre deux « barres » et en les faisant se chevaucher. Ainsi ils sèchent rapidement et sont réutilisable quelques heures plus tard. Je n’ai plus qu’à les remettre dans mon petit panier et c’est reparti pour un tour ! Pour les user tous à la même vitesse je remets toujours au-dessus ceux qui étaient en-dessous… mais ça c’est mon petit côté toc-toc 😉

DisquesLavables1

Selon la matière choisie, les disques démaquillants lavables sont plus ou moins agréables à utiliser. Ceux en coton classique ou biologique (100% coton) ont tendance à être plus épais, plus rugueux, plus « rigides » et donc plus agressifs pour la peau. S’ils conviennent bien au démaquillage du teint pour des peaux non-sensibles, ils sont cependant moins agréables à utiliser pour le démaquillage des yeux. Je n’en possède que quatre et j’avoue ne m’en servir que pour le teint… et seulement lorsque mes disques en bambou sont tous sales ! Je ne pense pas racheter un jour des disques de cette matière. Les disques en bambou (90% de bambou et 10% de polyester) par contre sont très doux, fins et souples ce qui les rend particulièrement agréables à utiliser. Ils n’agressent aucunement la peau – même celle fine et délicate du contour de l’œil -, absorbent très bien les produits démaquillants et laissent la peau parfaitement démaquillée et propre. Il existe encore d’autres matières, comme le tencel ou le chanvre mais étant totalement convaincue par les disques en bambou je n’ai pas envie de les tester (et de dépenser inutilement mon argent !). Si tu passes par là et que tu les as essayés n’hésite pas à nous donner ton avis en commentaire 🙂

DisquesLavables5

Concernant la qualité, celle des disques lavables en bambou que je possède est excellente : ils ne peluchent pas (même si au début pas mal de petits fils se détachaient, après 2 ou 3 lavages en machine le problème a été résolu), ne deviennent pas rêches même après de nombreux lavages. Ils gardent toute leur douceur et leur souplesse. Je suis aussi ravie de constater que les tâches causées par le maquillage disparaissent toujours après le lavage (ce qui n’est pas le cas sur les disques en coton bio d’Anaé).

Quelle quantité ?

La quantité de disques lavables nécessaire pour le démaquillage peut-être assez floue dans un premier temps. Très vite on se rend compte qu’un rapide calcul est nécessaire pour savoir combien de disques acheter. Cette quantité va dépendre du nombre de coton utilisé chaque jour et du rythme des lessives pratiqué dans le foyer. Pour ma part j’utilise en moyenne 3 cotons par jour et je fais des lessives une fois par semaine (oui, le dimanche c’est le jour des lessives chez moi, même s’il faut en faire deux ou trois la même journée !). Le calcul a donc été rapide : 3 x 7 = 21 disques lavables nécessaires pour ne pas me prendre la tête pendant une semaine complète. Pour voir large et ne pas me retrouver à court de disques lavables, j’ai préféré en prendre trop que pas assez. C’est ainsi que j’ai opté pour 30 disques démaquillants lavables. Depuis je n’ai jamais été embêtée et n’ai jamais eu recours à des cotons jetables classiques.

DisquesLavables2

Est-ce économique ?

Tout dépend de l’endroit où l’on achète les disques démaquillants lavables (plus ou moins chers selon la boutique, la matière, la qualité, la marque) mais dans tous les cas, sur le long terme, la réponse est oui ! Pour ma part j’ai fait le calcul. Avant de passer aux disques lavables, j’utilisais les cotons bio jetables de la marque Douce Nature. 80 disques sont vendus 1,90€ ce qui revient à 0,023€ le coton (pour info, pour les cotons de la marque Demak Up (non bio), le disque revient à 0,024€). Les disques lavables en bambou, achetés 15€ les 30 m’ont coûté 0,50€ pièce. Vu comme ça cela fait une belle différence. Mais alors que les disques jetables n’ont qu’une seule utilisation, les disques lavables sont utilisables pendant plusieurs années (je ne sais pas combien mais je reviendrai t’en parler après plusieurs années de test). Sur une année, alors que les cotons jetables bio me coûtent environ 25€ (0,023 x 3 cotons utilisés par jour = 0,069€ x 365 jours = 25,18€), les disques lavables, eux, me coûtent toujours seulement 15€. Après un rapide calcul, il s’avère que les disques démaquillants lavables en bambou que j’ai acheté seront rentabilisés en moins de 8 mois. Si tu te poses la question du coût concernant le lavage en machine, il est de zéro puisque le filet contenant les disques sales se glisse avec le linge que j’aurais de toute façon dû laver en machine ! Le seul point négatif, selon moi, niveau économique, c’est que les disques lavables ont tendance à davantage absorber la matière que les cotons jetables. Du coup j’utilise un peu plus de démaquillant ou de lotion avec les disques lavables car ils en déposent un peu moins sur la peau.

DisquesLavables7

Est-ce vraiment écologique ?

Là encore la réponse est oui. Je ne suis pas de celles qui utilisent une très grande quantité de cotons, mais ne serait-ce qu’au rythme de 3 cotons par jour, le résultat est impressionnant lorsqu’on le transpose sur une année. Pendant toutes ces années de ma vie j’ai utilisé environ 1095 cotons jetables par an : une quantité de déchet impressionnante et des répercutions sur la planète. Ce n’est qu’un petit pas certes, mais il faut bien commencer quelque part. Alors que la culture du coton nécessite beaucoup d’eau, celle du bambou est peu gourmande et polluante (raison de plus pour choisir des disques en bambou). Aujourd’hui je suis fière de pouvoir dire que je crée 1095 déchets de moins chaque année !

Alors, prête à sauter le pas ?

Rendez-vous sur Hellocoton !

8 commentaires

  1. Djahann dit :

    ça fait déjà 3 ans que je m’y suis mise, et je ne reviendrai pas en arrière ! C’est un investissement à l’achat et il faut trouver la matière qui nous convient, mais après c’est juste parfait !

  2. Claire7799 dit :

    Je ne m’y suis pas encore mise mais j’y pense sérieusement!! Ton article est très convaincant!

  3. Sabrina dit :

    Coucou ! Très intéressant cet article, bravo ! Moi, ça fait déjà plusieurs années que j’utilise les disques des Tendances d’Emma. j’ai choisi les bifaces, mais il y a le choix entre plusieurs matières différentes, et elle dispose de lots pour tester, c’est top. Elle vend aussi les pochettes en tissu pour ranger et pour le lavage. Et en plus, son entreprise est aussi une entreprise de réinsertion. J’ai testé depuis les disques qui permettent soi-disant de se démaquiller sans produit, de chez lamazuna, et chez moi c’est total fiasco : ok, ça démaquille, mais il faut frotter tellement que ça m’abime la peau des yeux. Donc, à fond pour les Tendances d’Emma chez moi ! D’ailleurs, leurs chiffons pour nettoyer les vitres sont très parfaits aussi ! Bises !

    • Bulle Beauté dit :

      Coucou Sabrina,

      Merci pour ton commentaire 🙂

      Je n’ai volontairement pas cité les Tendances d’Emma dans ma revue car je trouve qu’on en parle beaucoup et que les prix sont assez élevés… 6€ le filet de lavage, même s’il est en coton bio, je trouve que c’est exagéré. Je ne trouve pas non plus les boîtes en bois nécessaires. J’ai un peu l’impression que la marque profite de l’engouement qu’il y a eu autour de ses disques lavables pour faire tout un commerce autour (même si la réinsertion est un bon point, bien entendu). Après, bien que n’ayant jamais testé ces produits là, je ne doute pas de leur qualité et j’ai bien failli craquer en les croisant parfois en magasin bio. C’est vrai que les bifaces ont l’air très attractifs tout comme le kit de test présentant les différentes matières !

      Je n’ai pas testé les disques qui permettent de démaquiller sans produit (et du coup ton avis ne donne pas envie d’essayer :D) mais j’ai par contre commandé le gant Lapiglove que je dois recevoir demain… Lui aussi permet de démaquiller seulement grâce à de l’eau (c’est du moins ce qu’il promet !). Je vous en parlerai, j’espère que le résultat sera plus convaincant et sans « douleur » :p

  4. Un jour je passerai le cap, quand je serai décidée à me pencher sur la question, je retiens cependant qu’il me faudrait ceux en bambou 🙂

  5. J’ai essayé ceux en coton, que je mouillais pour pas que le produit glisse dessus. Mais une fois qu’il a fallu les remplacer, je suis retourner au gant de toilette classique. .. je l’utilise juste pour enlever le nettoyant de mon visage le soir. Pour le tonique maintenant, je l’applique à la main, en fin de compte j’ai réussi à pratiquement me passer de coton lavables,puisque je me démaquille aussi à l’huile! Mais si je devais en reprendre un jour, je pense que je prendrais ceux en bambou, pour leur douceur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *